vendredi 28 août 2015

Dossier féminin: Six choses à savoir sur l'hygiène intime


Print this Page Pdf/Email New Avec la multitudes des produits d'hygiènes sur les grandes surfaces ou même en pharmacies, les jeunes filles adoptent jour après jours ces habitudes d’hygiène intime pour prendre soin de soi. Certaines habitudes sont bénéfique pour notre santé sauf que parfois ça peut ne pas être aussi bénéfique que nous le croyons et comme on dit trop de choses tue la chose...
Quels sont alors les six règles à suivre pour une bonne hygiène?
La flore vaginale et vulvaire est constituée de bactéries protectrices, cet environnement fragile peut facilement être déséquilibré en absence, ou en excès, d'hygiène.


1/ La toilette intime: Ni trop ni trop peu

L'erreur la plus fréquente consiste, non pas à négliger son hygiène intime, mais plutôt à trop en faire pour la préserver. L'excès de toilette vulvaire (plus de deux fois par jour) abîme la couche hydrolipidique protectrice de la peau. Il ne faut pas laver l'intérieur du vagin même à l'eau, sauf quand c'est le médecin qui le demande pour une bonne raison, au risque de détruire la flore vaginale et augmenter la possibilité d'infections. La toilette intime est donc réservée à la région vulvaire, qui comprend les lèvres, le clitoris et le vestibule.

2/ Les lingettes intimes: Faire le bon choix !

Changer les protèges slips, s’ils sont humides aussi fréquemment que nécessaire dans la journée, car la pellicule plastifiée empêche l’aération et favorise humidité et macération.
assurez vous qu’il s’agit d’un produit qui permet de transpirer, qui ne soit pas recouvert de matière plastique et qui soit poreux. Rappelez-vous que les parties génitales ont besoin d’être aérées, sinon l’humidité persiste et vous prédispose aux infections.

3/ Les habitudes vestimentaires: Viva la cotton-attitude !

  • Éviter le port prolongé de vêtements serrés (jeans serrés) ou de collants, qui favorisent les micro-traumatismes par le frottement, la transpiration persistante favorisant une humidité prolongée et la macération.
  • Porter des sous-vêtements (slips, culottes) en coton et non en synthétique, nylon, qui favorisent la macération.
  • Éviter le port de sous-vêtements favorisant les frottements (micro-traumatismes) répétitifs (p. ex. string).
  • Laver les sous-vêtements à 60° et plus et bien séparément des autres vêtements (température conseillée pour détruire d’éventuelles formes de résistances des champignons, les chlamydospores, à l’origine des mycoses).
  • Ne pas rester longtemps avec des maillots de bains humides à même le corps, veiller à les sécher rapidement ou à les échanger contre un sous-vêtement ou maillot sec (humidité, macération favorisant les mycoses).
  • Ne jamais échanger ou utiliser une serviette de toilette, éponge, linge, maillot de bains, sous-vêtement utilisé par autrui, dont on est pas certain de la propreté rigoureuse.
  • Changer les sous-vêtements pour des sous-vêtements propres, au moins une fois par jour ou plus en cas de transpiration excessive (après effort physique, en cas de conditions atmosphériques de chaleur, humidité).
  • Lavage des sous-vêtements avec une lessive adaptée (évictions de produits allergisants, agressifs, décapants).
  • Ne pas laisser traîner les sous-vêtements sur le sol et les porter ensuite.
  • source de l'information d'après la recherche du Dr. Albert Kokos

4/ Les rapports sexuels: Soignez vos soucis de santé

Avoir une bonne hygiène intime permet aux femmes d’avoir moins souvent des infections vaginales ou des mycoses. C’est donc très important.Parce qu’en cas d’infection vaginale, et bien avoir une relation sexuelle, ça fait mal. Et cela peut même inciter par la suite, même une fois guéries, les femmes à éviter les rapports sexuels, de peur d’avoir mal.
Lors des rapports sexuels, vous et votre partenaire devez avoir les mains propres afin de ne pas vous transmettre des microbes. Après les rapports sexuels, il est recommandé de se laver à l'eau ou avec des produits adaptés.

5/ La période des règles: Attention à vos habitudes

Pendant les règles, n'oubliez pas de changer serviettes et tampons régulièrement toutes les quatre heures.

6/ Champignons et mycoses: à traiter en urgence

Si vous observez des signes de déséquilibre de votre flore vaginale (sécrétions abondantes et odorantes, irritations, brûlures…), vous devez en parler à votre gynécologue afin qu’il puisse vous prescrire un  traitement. Les infections vaginales ne se soignent pas toutes seules.
Cependant ce sentiment de malaise n'est pas toujours du à des infections, l'hyper acidité du vagin ou les rapports sexuels non protégés sont également causes du malaise.
Une visite chez le médecin s'impose dès que possible pour détecter et régler tout problème pour soi mais aussi pour le partenaire à qui on pourrait transmettre ses maladies 

Et vous, comment faites-vous votre toilette intime ?

Pensez à laisser un message ci-dessous, en bas de la page. Cela pourrait servir à d’autres que vous à lire et apprendre de vos expériences...

N'hésitez surtout pas à aimer ma page Facebook

Comments
10 Blogger Comments